« As Salam al Amiri » pour la première fois !

As Salam al Amiri, hymne national du Qatar, retentissait hier soir à Monaco pour la première fois dans une étape du Global Champions Tour. Retour sur ce Grand Prix...

As Salam al Amiri, hymne national du Qatar, retentissait hier soir à Monaco pour la première fois dans une étape du Global Champions Tour. Retour sur ce Grand Prix qui nous a livré émotions, joies et déceptions.

 

18h30 heure pétante, le premier cavalier s’élançait sur la piste monégasque. Il s’agissait du syrien Ahmad Saber Hamcho ; aux rênes de Quintus 81, il fautait à trois reprises et manquait de faire chuter d’autres barres, de quoi bien redouter le parcours pour les cavaliers suivants, qui eurent aussi beaucoup de difficultés puisque treize couples écopaient de plus de douze points de pénalités, dont cinq abandons. Le premier sans faute était signé par le qatari Bassem Hassan Mohamed, qui montait pour l’occasion VictoriaJessica Springsteen l’imitait, associée à Lisona, jusqu’à la dernière barre du parcours qu’elle effleurait et qui tombait, au plus grand désespoir du public qui semblait fortement apprécier l’amazone. Grâce à un chronomètre relativement rapide, elle prenait tout de même part à la seconde manche. La jeune Yasmin Pinchen, qui participait ici à l’un de ses premiers concours 5*, déroulait un superbe parcours sans pénalités avec Askari. La britannique sortait de piste avec un sourire radieux et déclarait quelques minutes plus tard sur les réseaux sociaux que c’était le plus beau et fort sentiment qu’elle avait ressenti. Il fallait ensuite patienter une quinzaine de partants pour pouvoir ouïr le jingle du sans faute. Cameron Hanley, qui partait en dix-huitième position, réalisait en effet un tour parfait avec son prometteur Living The Dream. Le cheval de neuf ans effectuait ici l’un de ses premiers Grand Prix 5*, et le résultat ravissait évidemment son cavalier irlandais. Emanuele Gaudiano sur Admara 2 ainsi que le belge Pieter Devos avec Dream Of India Greenfield quittaient également l’arène avec un score vierge. Vainqueur de l’épreuve précédente avec Citizenguard Rioso van de KapeConstant van Paesschen se qualifiait pour la seconde manche ici avec Citizenguard Toscan de Saint Hermelle. A à peine vingt ans, le cavalier du plat pays nous livrait une démonstration de son talent. Le succédant, Henrik von Eckermann, en selle sur l’inépuisable Gotha FRH, fautait malheureusement à une reprise malgré un reste de parcours exemplaire. Ensuite, l’irlandais Denis Lynch relançait la série des sans fautes, accompagné de son tout bon All Star 5Pius Schwizer, associé  au dix ans Quidam du Vivier et Kent Farrington sur son crack Blue Angel réalisaient un beau zéro. Manque de chance pour Kevin Staut. Celui qui finissait troisième du Grand Prix 5* de Cannes avec la fabuleuse Silvana*HDC il y a deux semaines faisait chuter l’entrée du double, positionné en numéro six, avec la puissante et fraîche Oh d’Eole. Il était néanmoins l’auteur du plus rapide chronomètre de la première manche, ce qui lui permettait donc de se lancer dans la seconde. La fusée Roger-Yves Bost commettait lui une faute de plus, en selle sur Poker des Dames, qui découvre depuis quelques semaines les Grand Prix de haut-niveau. Carlo 273, piloté par l’espagnol Sergio Alvarez Moya, parvenait à n’effleurer aucun obstacle, tout comme le célèbre étalon Casall Ask monté par Rolf-Göran Bengtsson. Huit couples à quatre points réussissaient à se qualifier pour la seconde manche de ce Grand Prix, parmi eux Michael Whitaker et Viking ou encore Doda de Miranda et AD Ashleigh Drossel Dan.

 

Kevin Staut et Oh d'Eole ce week-end à Monaco. Copyright : Auriane Guiot / Info Jumping
  • Twitter
  • Google+
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Pinterest

Kevin Staut et Oh d’Eole ce week-end à Monaco.
Copyright : Auriane Guiot / Info Jumping

 

Après que les cavaliers aient profité de la pause pour regarder les pénalties du match de foot Brésil/Chili, les hostilités reprenaient. Henrik von Eckermann ne réitérait pas son score de la première manche et parvenait ici à réaliser un magnifique sans faute avec Gotha FRH ; il finissait septième. Juste après, encaissant la défaite de son pays au match de foot, le chilien Samuel Parot, sur Quick du Pottier, fautait, tout comme en première manche à une reprise, malgré les encouragements bienveillants du public. Kevin Staut déroulait lui un superbe sans faute, corrigeant sa faute sur le double, sur la belle Oh d’Eole, il finissait sixième. Cameron Hanley ne faisait ensuite tomber aucune barre, mais passait malheureusement la ligne d’arrivée quelques dixièmes trop tard, ce qui lui coûtait un point de temps et lui fermait les portes de la finale de ce Grand Prix, ainsi qu’à Living The DreamRolf-Göran Bengtsson et Casall Ask déroulaient, sans grande surprise, un sans faute aisé et détendu. Ils étaient donc en attente d’un autre score vierge afin de disputer un barrage. Constant van Paesschen écopait lui de quatre points de pénalités avec Citizenguard Toscan de Saint Hermelle. Belle performance tout de même pour ce cavalier de vingt ans qui se classait quatrième ! Le qatari Bassem Hassan Mohamed créait ensuite la surprise. Issu d’une équipe fortement soudée néanmoins très peu aguerrie à ce niveau, il parvenait à se qualifier au barrage sur la bonne Victoria. Il y avait donc un barrage. Aucun cavalier ne réussissait après lui, à réaliser le sans faute. Carlo 273 faisait chuter une barre, sous la selle de Sergio Alvarez Moya. Même résultat entre autres pour Pieter Devos et Dream of India Greenfield. La victoire allait donc se jouer entre deux cavaliers.

Sans ambiguïté, Rolf-Göran Bengtsson était le cavalier favori, du moins l’attendu, sur Casall Ask. Couple vainqueur du Grand Prix de Bâle en janvier, deuxième du Grand Prix de Lyon début novembre ou à celui d’Anvers en mi-avril, le binôme était le vainqueur sur le papier. Il s’élançait à une vitesse rapide mais modérée, les virages étaient serrés, aucune barre ne tombait. Le public ainsi que le suédois et son équipe retenaient leur souffle et attendaient de voir le proclamé vainqueur. Bassem Hassan Mohamed rentrait donc à la suite, accompagné de Victoria. Il démarrait son tour très vite, avec deux foulées d’avance sur  Casall Ask déjà à l’obstacle numéro deux. Le qatari sortait sans faute de son parcours et s’adjugeait  donc la victoire du Grand Prix 5* de Monaco ! Il remportait là son premier Grand Prix 5* du Global Champions Tour, circuit créé et organisé par son entraineur Jan Tops« Je suis très content de gagner mon premier Grand Prix. Je tiens à féliciter le Qatar pour cette victoire, ainsi que la Fédération équestre Qatari, ma famille et notre grand-frère Jan Tops ! » nous disait-il hier soirCette première place illustre un réel progrès du cavalier, pouvant dorénavant compter sur Primeval Dejavu et sur VictoriaRolf-Göran Bengtsson nous confiait d’ailleurs hier soir qu’il avait légèrement sous-estimé la vitesse que pouvait atteindre le couple concurrent.

 

Résultats complets : cliquez ici !

Classement provisoire du circuit du Global Champions Tour : cliquez ici !

Bassem Hassan Mohamed et Victoria ce week-end à Monaco. Copyright : Yeelen Ravier / Info Jumping
  • Twitter
  • Google+
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Pinterest

Bassem Hassan Mohamed et Victoria ce week-end à Monaco.
Copyright : Yeelen Ravier / Info Jumping

Source: InfoJumping

Categories
Jumping
Tanguy

Créateur/Administrateur,
BPJEPS activité équestre mention tourisme équestre,
BTSA Développement Animation des Territoire Ruraux (DATR),
Bac Pro Conduite et Gestion d’une Exploitation Agricole option Élevage et Valorisation du Cheval (CGEA EVC).

Rapporté par

Pin It on Pinterest