Grand Est | Le débourrage, passage obligatoire vers l’attelage

Qu’ils soient de trait, de sang ou poney, montés ou non, tous les chevaux peuvent bénéficier du débourrage à l’attelage, une prestation que propose l’Ifce Grand Est. Laure et...

Qu’ils soient de trait, de sang ou poney, montés ou non, tous les chevaux peuvent bénéficier du débourrage à l’attelage, une prestation que propose l’Ifce Grand Est.
Laure et Philippe Vourion ont confié leur jeune jument frisonne, Claartje, à Rosières aux Salines entre les mains d’Alain Magnier, fort d’une longue expérience et de son savoir-faire avec les chevaux et à l’attelage.

Pouvez-vous nous présenter votre cheval ?
Le cheval qui a été débourré au Haras national de Rosières aux Salines est une jument de race frisonne, modèle sport, nommée Claartje. Elle était âgée de 6 ans au moment du débourrage (8 ans cette année). Nous avons acheté cette jument à l’âge de 4 ans, non débourrée. Je l’ai travaillée en selle avant le débourrage à l’attelage.
Elle a un bon caractère, aime beaucoup travailler, mais est assez « stressée » (il faut être très calme avec elle car elle ressent énormément les émotions de la personne qui la travaille).

Attelage à un mariage
  • Twitter
  • Google+
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Pinterest

Claartje a réalisé son 1er mariage en mai dernier (c) P & L. Vourion

Pour quelles raisons avez-vous décidé de faire débourrer votre jument à l’attelage ? Quels souvenirs gardez vous de cette période de travail ?
Nous sommes une famille de passionnés de chevaux, et pratiquons uniquement l’attelage de loisirs (ballades, randonnée, pique-nique entre amis). Egalement cavaliers de loisirs, nous participons à quelques concours de dressage (avec cette jument d’ailleurs).

Nous avons pu suivre le débourrage à Rosières. Je me souviens même bien des paroles d’Alain, dans les tous premiers jours : « mais Madame, quand votre enfant part en colonie de vacances, vous n’allez pas le voir tous les jours ! » (j’avais pensé en moi-même que c’est bien pour cela que ma fille ne part pas en colonie ! (rire)). Le plus dur a donc été de se « séparer » de notre jument quelques semaines, cela a fait un grand vide à la maison !
C’était très intéressant de voir les étapes du débourrage : longues rênes, puis le cheval dans la voiture dans le manège, puis en extérieur, et enfin, en paire, puisque c’était un de nos souhaits car nous avions déjà une autre jument frisonne attelée.
J’ai même pu monter dans la calèche lors de deux sorties extérieures, avec beaucoup d’émotions.

Depuis son débourrage, comment se porte votre jument à l’attelage ? Quelles activités pratiquez-vous ?
Aujourd’hui, la jument est parfaitement attelée en simple et en paire, et nous avons même attelé à trois chevaux cet hiver. Nous allons, pour la première fois, participer à un mariage au mois de mai 2016, pour des amis, avec nos deux frisonnes attelées.
Nous essayons encore de nous perfectionner : le week-end dernier, nous avons participé à un stage de deux jours avec le commandant Vital Lepouriel, ancien écuyer du Cadre Noir et Directeur de la section attelage de l’Ecole Nationale d’Equitation, sur le travail à pied (longe et longues rênes, travail monté, sur la locomotion du cheval) avec nos deux frisonnes.
L’équitation est un sport tellement vaste et le cheval un animal tellement complexe, qu’il y aura toujours quelque chose à apprendre.

Plus d’informations sur le débourrage : Pierre Fontaine – 06 11 65 29 49 – pierre.fontaine@ifce.fr

 

Cet article Le débourrage, passage obligatoire vers l’attelage est apparu en premier sur Les Haras nationaux.

Source:: Haras-Nationaux

Categories
ActuAlsaceChampagne-ArdenneLorraine

Rapporté par

Pin It on Pinterest